< retour

Essai PEUGEOT 508 restylée

Jacques Warnery le 20/10/2014

Prenez une Peugeot 508, offrez lui un nouveau regard et quelques modifications esthétiques, ajoutez lui une pincée d'équipements à la page et trois nouveaux moteurs. Vous obtenez sa version restylée, baptisée « nouvelle 508 ». Vraiment nouvelle ?

Voir la vidéo en HD

Sous les feux de la rampe

« L'ensemble des modifications apportées justifient amplement l'appellation de nouvelle 508 » : Peugeot ne ménage pas ses efforts pour promouvoir le restylage de sa familiale. Il faut dire que cette remise à jour arrive à point nommé. Difficile en effet de se faire un nom dans cette catégorie en perte de vitesse à moins d'arborer un blason germanique prestigieux sur la calandre. Surtout que la concurrence ne reste pas immobile : la nouvelle Volkswagen Passat, remplie de technologie, est dans les startings blocks et les marques premium comme BMW, Audi et Mercedes ne ménagent pas leur peine pour proposer des versions d'entrée de gamme plus accessibles. Avec une image de marque en béton armé.

Voir plus de photos

Sous le signe des LED

Pour tenter se se faire une place dans la meute, la Peugeot 508 évolue. Mais il faudra surtout opter pour les versions plus huppées afin de profiter de son regard plus perçant grâce à des feux Full LED (en série sur GT et Féline et facturés 1 100 € sur Allure) et ses antibrouillards également à LED (en série dès Allure). Reste tout de même un capot plus horizontal, un bouclier redessiné et une toute nouvelle calandre rappelant celle de la 308, malgré l'intégration du lion dans sa partie centrale. A l'arrière, toutes les berlines disposent désormais de feux à LED et de boucliers revus, mais pas le break SW qui demeure inchangé. L'ensemble de ces modifications augmentent le porte-à-faux avant de 16 mm sur les deux carrosseries et allonge la poupe de la berline de 22 mm. Ainsi gréée, la 508 évolue en douceur par rapport à sa devancière. De là à parler de « nouvelle 508 »...

Et les rangements ?

L'habitacle ne dépaysera pas l'actuel propriétaire de 508. L'ambiance est toujours sérieuse, voire un brin austère et la qualité de fabrication tout à fait correcte, même si les références comme Audi proposent des matériaux plus valorisants. La console centrale profite juste de la nouvelle interface multimédia dotée d'un écran tactile. Sans être aussi moderne que les ensembles proposés sur la famille 208/308, ce système se montre tout de même plus intuitif et plus rapide que le précédent. Il libère en outre un mini espace de rangement (pratiquement inutilisable !) en lieu et place de l'ancienne molette de commande, entre les sièges avant. Reste que la planche de bord manque toujours autant d'aspects pratiques et autres vides poches pour y installer ses petites affaires. Cela n'empêche pas la Peugeot 508 de conserver un vrai sens de l'accueil, avec des places arrière accueillantes aussi bien en espace aux jambes qu'en garde au toit. Certes le passager du milieu doit toujours composer avec un dossier ferme, mais le tunnel central apparaît moins gênant que sur bon nombre de ses rivales. La version break SW y ajoute un vaste coffre de 550 litres. Les dossiers arrière se rabattent, libérant un espace de chargement pratiquement plat.

Une boîte automatique réussie

En fait, les principales nouveautés se trouvent sous le capot. Au sein de l'offre essence, le 1.6 THP revu pour l'occasion porte sa puissance à 165 ch et reçoit un stop/start. Aux cotés des traditionnels 1.6 e-HDi 115 ch, 2.0 HDi 140 ou 160 ch et 2.2 HDi 200 ch, l'offre diesel est renforcée par l'arrivée du 2.0 Blue HDi de 150 ou 180 ch, répondant aux normes Euro VI. Le plus puissant d'entre eux est accouplé d'office à une boîte automatique à convertisseur d'origine Aisin. Cela ne l'empêche pas de se montrer très économe sur le papier, grâce à des consommations comprises entre 4,4 et 4,6 l/100 km selon les pneumatiques, pour des émissions de CO2 allant de 116 à 120 g/km. Impossible évidemment de reproduire ces valeurs volant en main. Ce bloc se montre toutefois suffisamment armé pour permettre à notre imposant break de conserver son dynamisme et toutes circonstances. Bien qu'un peu creux à très bas régimes, il apporte un surcroît de tonus par rapport à la version de 150 ch que nous avons aussi pu prendre en main. Sa boîte automatique apporte une excellente douceur de fonctionnement. Profitant d'une gestion très réussie, elle s'adapte plutôt bien à chaque style de conduite et le mode manuel permet de reprendre la main. Mais dans ce cas, elle reste tout de même moins rapide que les dernières boîtes à double embrayage. En outre, ce 2.0 HDi apparaît un peu grondant, même si ce travers nous a semblé un peu plus accentué sur la déclinaison de 150 ch.

Du pareil au même

Restylage ou pas, les trains roulants de la nouvelle Peugeot 508 n'ont absolument pas changé. Les routes très glissantes et piégeuses rencontrées sur notre terrain d'essai basé sur l'île de Majorque mettent parfois en défaut l'adhérence des pneumatiques à faible résistance au roulement. Cela n'empêche pas la berline sochalienne de tenir le haut du pavé. Certes, elle semble indolente et donne l'impression d'une certaine lourdeur lors des premiers kilomètres. Il suffit pourtant d'une route exigeante pour dévoiler les qualités d'un châssis rigoureux. Sereine et très stable, elle avale les difficultés du revêtement avec aisance et se joue des bosses et autres pièges en souplesse grâce à son excellent amortissement. Dans ces conditions, le confort devient l'un des meilleurs de la catégorie, malgré d'amples mouvements de caisse. Efficace dans l'absolu, le break SW est un peu moins dynamique que la berline, en dépit d'un poids supérieur de seulement 20 kg. Dommage que le train avant à pivot découplé soit toujours réservé à la version GT équipée du 2.2 HDi de 200 ch. Il apporte une précision et une agilité supplémentaire qui aurait rendu notre version d'essai encore plus agréable...

Technologique, mais pas trop...

Suivant une tendance de plus en plus développée, la 508 propose de nouveaux équipements plus modernes. L'affichage tête haute (en série à partir d'Allure) devient multicolore. Les versions GT et Féline intègrent désormais une caméra de recul et un système de surveillance des angles morts. Deux équipements également disponibles dès la finition Allure, en optant pour un pack facturé 850 €. Certains trouveront pourtant cette évolution technologique un peu timide, puisque le régulateur adaptatif, déjà proposé par les concurrentes, n'est pas encore disponible.

À retenir

Un regard plus décidé, trois nouveaux moteurs et quelques équipements supplémentaires : le restylage de la Peugeot 508 reste discret mais réel. Pas de quoi non plus justifier une appellation « nouvelle 508 »... Son diesel BlueHDi ne progresse pas énormément en agrément, mais il apporte une touche de tonus perceptible à mi régimes. Rien de plus normal avec 180 ch. Sa nouvelle boîte automatique très douce propose une alternative crédible aux transmissions à double embrayage, sauf en mode manuel. Pour le reste, la 508 demeure une familiale homogène, plaisante à conduire, agréable à vivre et logeable dans cette déclinaison SW.
points fortsAmortissement, confort sur route dégradée, boîte automatique très douce, coffre en version SW, places arrière accueillantes, châssis imperturbable.
points faiblesMoteur un peu grondant, absence de rangements, équipements technologiques encore timides, train avant à pivot découplé uniquement disponible sur GT, présentation un peu datée.
14

20
Les chiffres
Prix 2014 : 38 600 €
Puissance : 180 ch
0 à 100km/h : 8.6s
Conso mixte : 4.6l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 15/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 16/20
Tag :

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

PEUGEOT 508 RXH
PEUGEOT 508 RXH

Après la Peugeot 3008 et la Citroën DS5, c'est au tour du break 508 RXH de...

PEUGEOT 508
PEUGEOT 508

Appelée à remplacer à la fois la 407 et la 607, la Peugeot 508 joue la carte...

PEUGEOT 308 GTi
PEUGEOT 308 GTi

Elle a l'air plutôt sage, cette 308 GTi. Mais ne vous fiez pas aux apparences...

Tous les essais PEUGEOT
ALFA ROMEO Giulia Quadrifoglio Verde
ALFA ROMEO Giulia Quadrifoglio Verde

Avec cette Giulia, Alfa Romeo entend bien prendre sa revanche sur les marques...

VOLKSWAGEN Arteon 2.0 TFSI 280 R-Line Exclusive
VOLKSWAGEN Arteon 2.0 TFSI 280 R-Line Exclusive

Oubliée, la Passat CC, c'est un nouveau modèle nommé Arteon qui assure le...

MERCEDES E 400 Coupé Fascination
MERCEDES E 400 Coupé Fascination

Chez Mercedes, le coupé est une longue tradition. Mais dans ce domaine, la...

Tous les essais

Commentaires

avatar de ABDULAZIZ
ABDULAZIZ a dit le 21-10-2014 à 20:21
Les vrais différences se font sentir avec les premières factures des concessionnaires. En effet les germaniques ne sont ni philanthropiques ni commerçants. Les Français et Italiens ont encore une carte à jouer avec les Coréens et Japonais dans ces domaines ,rarement évoqués en automobile. A savoir : accueil, compétence,factures raisonnables des interventions et ingrédients (huiles,mélange refroidissement,lave-glace,filtres en tout genre). Nous comparons tous les prix à présent. Exemple: achat de balais d'essuie glace en concession: 54 euros ,en super marché même marque:25 euros. Alors on se calme.!!! C'est la voie du retour au succès et à la sympathie pour des marques qui ont besoin d'un regain de confiance et que le "Lion retrouve sa crinière".