< retour

Essai MAZDA MX-5

Vincent Desmonts le 04/09/2015

Un poids-plume, zéro superflu et un tempérament espiègle : à contre-courant de la tendance, la nouvelle Mazda MX-5 remet au goût du jour des délices oubliés. Une vraie friandise !

Voir la vidéo en HD

Plaisirs simples

1979. « Apocalypse Now » triomphe au cinéma, « I will survive » passe en boucle à la radio et les cols pelle à tarte sont « in ». Le roadster anglais, par contre, est en train de passer de mode. « Born to be alive », les MG B et autres Triumph Spitfire ? Plus vraiment ! Au grand dam de Bob Hall, journaliste au magazine américain Motor Trend, qui s'en ouvre à Kenichi Yamamoto, directeur de la recherche chez Mazda. Celui-ci reste impassible, et Hall se dit qu'il a parlé dans le vide. Deux ans plus tard, Hall recroise Yamamoto, devenu patron de Mazda. Étonnamment, le Japonais n'a pas oublié leur conversation, si bien que le projet d'un tout nouveau roadster est lancé. Le 10 février 1989, la MX-5 est présentée au salon de Chicago. Le succès commercial dépasse toutes les espérances, et se confirmera avec les générations suivantes. À ce jour, plus de 950 000 Mazda MX-5 ont été vendues dans le monde, dont un tiers en Europe. Un record.

Voir plus de photos

Tondre un œuf

2015. Une quatrième génération de Mazda MX-5 débarque. Une de plus ? Un vrai retour aux sources, plutôt. Car en ces temps de chasse aux émissions, de quête des grammes (de poids superflu comme de CO2 en trop), on s'aperçoit que la première Miata avait raison avant tout le monde, avec ses 940 kilos et son petit moteur 1.6. Du coup, la MX-5 a subi un régime sévère : elle ne pèse que 975 kg à vide avec le 1.5 de 131 ch, et 1 015 kg avec le « gros » 2.0 de 160 ch, soit 75 kg de perdus par rapport à sa devancière. Un exploit, vu que cette dernière n'était pas réputée pour son obésité. Alors comment Mazda a-t-il fait pour tondre un œuf ? D'abord en réduisant les dimensions : avec 10 cm de moins en longueur, voilà la plus compacte des MX-5. Si l'habitabilité n'en souffre pas, le coffre passe de 150 à 130 dm³. Surtout, Mazda s'est livré à une quête obsessionnelle du gramme en trop. L'aluminium gagne du terrain : ailes avant, arceaux de sécurité ou encore carter de boîte. Certaines pièces ont même été évidées pour économiser quelques grammes ! D'autres habillages ont été tout simplement retirés, ce que les plus pointilleux noteront une fois au volant : l'interstice entre la planche de bord et la colonne de direction laisse en effet apparaître quelques câblages peu élégants. Mais la finition est par ailleurs très correcte. Et puis la MX-5 s'offre des équipements qui lui étaient jusqu'alors inconnus, comme l'écran tactile, le GPS, l'alerte de franchissement de ligne, les phares directionnels ou encore le détecteur de trafic en marche arrière. Toujours pas de commande électrique de la capote, en revanche, mais celle-ci est tellement simple et rapide à manipuler que personne ne s'en plaindra. D'autant que ce sont encore de précieux kilos de gagnés !

École de pilotage

De toutes manières, même avec ces équipements modernes, la MX-5 n'est pas une Rolls-Royce : si les suspensions sont très tolérantes, la capote est mal insonorisée et le moteur un peu fort en gueule. Voilà qui vous incitera à quitter l'autoroute pour emprunter le réseau secondaire, où la Miata vous régalera avec son tempérament joueur ! Elle offre un train avant plus incisif que jamais et une direction précise, tandis que son excellent équilibre en fait une auto très agile, mais jamais piégeuse. Les réactions progressives du train arrière en font un outil idéal pour s'initier aux délices du transfert de masses et apprendre les rudiments du « drift » ! Quant à la commande de boîte, elle est toujours aussi plaisante, avec des débattements courts et des verrouillages fermes, même si le guidage pourrait gagner en précision. Les performances ? Elles sont juste correctes (7,3 s de 0 à 100 km/h), en dépit d'un étagement de boîte très resserré. Un peu lisse, le 2.0 de 160 ch s'apprécie plus pour sa souplesse à mi-régime que par son caractère en haut du compte-tours. Un peu une constante historique des MX-5… et pas de quoi ternir le bilan d'une auto diablement attachante, même si son tarif a quelque peu enflé d'une génération à l'autre.

À retenir

Si la nouvelle MX-5 évolue beaucoup côté style, elle conserve ses fondamentaux. Elle reste avant tout un engin dédié au plaisir, aussi abordable financièrement qu'aisé à prendre en mains pour ceux qui ne sont pas des pilotes avertis. La Miata est décidément un « tube » indémodable, qui plus est sans véritable concurrence sur le marché.
points fortsPlaisir de conduite pur, châssis équilibré, agilité en hausse, poids-plume, commande de boîte agréable, présentation, capote simple et rapide à manipuler, consommation contenue.
points faiblesPerformances guère ébouriffantes, volume de coffre en baisse, manque de rangements dans l'habitacle, détails de finition.
17.2

20
Les chiffres
Prix 2015 : 32 050 €
Puissance : 160 ch
0 à 100km/h : 7.3s
Conso mixte : 6.6l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 17/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

MAZDA MX-5 RF 2.0 160 ch
MAZDA MX-5 RF 2.0 160 ch

La pétillante Mazda MX-5 se décline désormais dans une très stylée version à...

MAZDA MX-5 2.0 (NC)
MAZDA MX-5 2.0 (NC)

La Mazda MX-5 III s'offre un léger lifting et livre désormais sa version 2...

MAZDA MX-5 20th Anniversary (NC)
MAZDA MX-5 20th Anniversary (NC)

Pour fêter les 20 ans de succès de son cabriolet MX-5, Mazda achève la...

Tous les essais MAZDA
BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

Tous les essais

Commentaires