< retour

Essai MAZDA MX-5 2.0 (NC)

Vincent Desmonts le 18/03/2013

La Mazda MX-5 III s'offre un léger lifting et livre désormais sa version 2 litres dans une variante avec capote en toile. Après presque huit ans de carrière, la magie opère-t-elle toujours ?

Voir la vidéo en HD

Présentation

En 24 ans, trois générations et près d'un million d'exemplaires vendus, la Mazda MX-5 est devenue un classique. La version actuelle, apparue en 2005, n'a pas pris une ride, bien aidée en cela par deux restylages successifs. Le dernier n'a concerné que la face avant, qui reçoit un bouclier redessiné. Dans l'habitacle, le volant a également été retouché. Enfin, le capot désormais « actif » se relève de quelques centimètres en cas de collision avec un piéton. Bref, ce relooking est discret. Mais il marque surtout le retour de la version Roadster à capote en toile avec le moteur 2 litres de 160 ch. Une option destinée aux puristes, prêts à sacrifier un peu de confort pour gagner 80 kilos sur la balance : à vide, cette version ne pèse que 1 090 kilos.

De quoi mettre à l'aise un moteur à la sonorité enjouée mais au caractère plutôt pointu (couple maxi à 5 000 tr/min), heureusement bien aidé par une boîte 6 à l'étagement resserré. Une transmission qui se distingue toujours par l'agrément de sa commande, aux débattements courts et aux verrouillages précis. Mais la pièce de résistance de cette Mazda Miata III reste son châssis. La direction ultra-précise, la bonne répartition des masses et le tempérament prévenant de cette propulsion à l'ancienne autorisent toutes les fantaisies. Hyper-agile, plutôt bien amortie et facile à prendre en mains, la MX-5 rassurera les débutants et réjouira les spécialistes. Loin d'être parfaite (position de conduite et qualité de finition restent perfectibles), la Mazda MX-5 n'en reste pas moins diablement séduisante... et plutôt abordable.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Peu de voitures peuvent prétendre conserver leur sex-appeal après huit ans de carrière. Et pourtant, la Mazda MX-5 de troisième génération (famille « NC ») garde un charme irrésistible malgré des lignes ayant peu évolué depuis 2005, preuve de la justesse du coup de crayon initial. Au fil des années, les stylistes se sont contentés de retoucher la face avant. D'abord en 2008, avec l'adoption d'une calandre « à grande bouche », puis en toute fin d'année dernière, avec quelques retouches sur le nez (bouclier redessiné). Pour le reste, la MX-5 est restée fidèle à elle-même, avec ses mignons passages de roues renflés et ses feux arrière évoquant la toute première génération.

La capote reste bien évidemment manuelle (l'automatisme est réservé à la MX-5 Roadster Coupé à toit rigide), mais se manipule aussi facilement que rapidement. À l'intérieur, peu de changements également, si ce n'est l'adoption d'un volant redessiné. On apprécie l'équipement plutôt complet de cette version Performance (climatisation, Bluetooth, phares au Xénon...), mais on déplore la médiocre qualité des plastiques, trop sensibles aux rayures. Enfin, la position de conduite est imparfaite, le volant n'étant pas réglable en profondeur et offrant trop peu d'amplitude en hauteur.

Mécanique et châssis

Pas de downsizing, pas de turbo, pas d'injection directe, pas de start/stop, pas de récupération d'énergie au freinage : la Mazda MX-5 2.0 fait plutôt dans le « old school », avec son 4 cylindres atmosphérique de 2 litres ! Du coup, elle se retrouve frappée d'un malus « écologique » de 2 600 € qui risque de nuire à sa carrière...

Ce qui serait bien dommage, car l'architecture de l'auto est une ode au plaisir de conduite pur : le moteur est implanté très en arrière, les roues sont rejetées aux quatre coins et la boîte à 6 rapports est reliée aux roues arrière par l'intermédiaire d'un différentiel à glissement limité (réservé aux versions 2.0 à boîte manuelle). Pour couronner le tout, les versions Performance reçoivent des amortisseurs Bilstein et une barre anti-rapprochement afin de rigidifier le train avant. Ah, dernier détail : l'ESP est totalement déconnectable, comme il se doit !

Sur la route

Alors que les voitures n'ont cessé de grossir, de s'alourdir et de s'aseptiser, reprendre le volant d'une Mazda MX-5 c'est renouer avec une certaine pureté de la conduite. Ici, aucune assistance électronique ne viendra vous rappeler à l'ordre, vous êtes au cœur de l'action et faites corps avec la mécanique. Même la déconnexion de l'ESP est plus simple qu'ailleurs : pas besoin de maintenir le bouton appuyé pendant plusieurs secondes ! Assis au ras du bitume, on redécouvre l'agrément d'une direction assistée (hydraulique!) précise et directe, la facilité de prise en main de cette propulsion aux réactions saines et très progressives. La MX-5 met très vite en confiance, incitant à la prendre par la peau du cou et à la jeter joyeusement dans tous les virages qui se présentent !

Le moteur, au caractère linéaire mais à la sonorité sympathique, vous pousse lui aussi à hausser le rythme et à faire de chaque trajet un moment de plaisir. Plaisir décuplé par la commande de boîte à l'agrément remarquable : le petit levier jouit de débattements réduits et de verrouillages précis. Alors, c'est vrai, tout n'est pas parfait dans cette MX-5. La position de conduite ne conviendra pas à tous les gabarits, du fait d'un volant non réglable en profondeur. L'accélérateur manque également de progressivité, ce qui ne facilite pas la conduite urbaine... ou le talon-pointe ! Quant au confort sur les longs parcours, il est médiocre du fait de l'insonorisation légère (ah, les charmes de la capote non doublée!). Il n'en reste pas moins qu'une propulsion aussi jolie, amusante et facile à prendre en mains à ce prix-là, ça n'existe nulle part ailleurs. Et rien que pour ça, on l'adore cette MX-5 !

À retenir

Les années passent, mais la Mazda MX-5 reste le fabuleux jouet pour adultes qu'elle a toujours été. Amusante à conduire, facile d'accès, enjouée et plutôt abordable, elle a des allures de bouffée d'air frais ! De quoi lui pardonner ses quelques défauts... en espérant que sa remplaçante, conçue en collaboration avec Alfa Romeo, sera du même tonneau !
points fortsPoids contenu, châssis agile, commande de boîte géniale, moteur vivant, prix abordable.
points faiblesConfort un rien spartiate, position de conduite perfectible, accélérateur peu progressif.
16

20
Les chiffres
Prix 2013 : 28 900 €
Puissance : 160 ch
0 à 100km/h : 7.6s
Conso mixte : 7.8l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 14/20
Sécurité active et passive : 13/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 15/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

MAZDA MX-5 RF 2.0 160 ch
MAZDA MX-5 RF 2.0 160 ch

La pétillante Mazda MX-5 se décline désormais dans une très stylée version à...

MAZDA MX-5
MAZDA MX-5

Un poids-plume, zéro superflu et un tempérament espiègle : à contre-courant...

MAZDA MX-5 20th Anniversary (NC)
MAZDA MX-5 20th Anniversary (NC)

Pour fêter les 20 ans de succès de son cabriolet MX-5, Mazda achève la...

Tous les essais MAZDA
BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

Tous les essais

Commentaires

avatar de JohnD
JohnD a dit le 11-04-2015 à 00:28
"l'expertise", je dirai plutôt l'imagination du concept fût bien du côté Italien et Anglais,il y a un temps fort lointain. Mais sans jamais avoir pu atteindre la fiabilité et le rapport qualité/prix/coût d'entretien qu'a pu apporter Mazda à cette niche de véhicule. De ce point de vu là, Alfa Roméo à beaucoup à apprendre de Mazda. Pour le reste, Alfa Roméo est une marque atypique qui ne démérite pas non plus par son style propre à sa marque. Pour les Anglaises, elle ne joue pas dans la même catégorie et leur véhicule sont presque inaccessible à une bonne partie de la population. Ils peuvent juste rêver de splendide Anglaise. Mot de la fin. Merci à Mazda car il a rendu populaire et accessible au plus grand nombre un type de véhicule plaisir alors qu'avant il n'était réservé qu'à une élite de privilégiée fortunée.
avatar de JACKY02
JACKY02 a dit le 20-03-2013 à 21:54
Et pourtant pourtant ??, "l'expertise" en matière roadster était bien Italienne et Anglais, n'oublions pas nos "amis" d'outre manche qui sont quand même à l'origine de nombreux roadster célèbre.
avatar de jassing
jassing a dit le 20-03-2013 à 09:00
C'est l'Alfa-Romeo qui sera conçue en collaboration avec Mazda, et non pas l'inverse : en effet l'expertise en matière de petit roadster est du coté japonais et non pas italien ! d'ailleurs les 2 voitures ne partageront pas le même moteur