< retour

Essai JEEP Grand Cherokee SRT

Vincent Desmonts le 23/09/2014

Avec 468 chevaux sous le capot et un tarif plus abordable que ses rivaux européens, le Jeep Grand Cherokee SRT se pose en alternative exotique. Mais le charme US opère-t-il ?

Voir la vidéo en HD

Un 4X4 version Rambo

SRT, pour « Street and Racing Technologies », est la branche sportive du groupe Chrysler-Jeep. Une entité dont le plus grand fait d'armes est d'avoir créé la Dodge Viper, avant de devenir un label, puis une marque à part entière au sein du groupe américain. Mais si la gamme SRT compte cinq modèles Outre-Atlantique, un seul est importé en Europe : le Jeep Grand Cherokee SRT, un 4X4 de luxe aux accents exotiques, destiné à ceux qui rêvent de grands espaces, de Route 66 et de drive-in. Doté d'un gros V8 de 468 chevaux, il est facturé 81 490 €, soit 8 000 à... 44 000 € moins cher que ses plus proches rivaux, qu'ils soient allemands (BMW X5 xDrive50i, Porsche Cayenne Turbo) ou britanniques (Range Rover Sport V8 Supercharged). Une affaire ?

Côté style, en tous cas, ce Grand Cherokee SRT n'est pas aussi exubérant qu'on pouvait l'imaginer. Il adopte certes une face avant un peu plus agressive, avec une calandre et des optiques à fond noir, que vient compléter un bouclier spécifique et un capot ajouré. Mais les jupes latérales restent discrètes, tandis que les deux énormes tuyères d'échappement se camouflent dans un diffuseur laqué noir. Seules les jantes en alliage chromées, très typées US, apportent une touche d'originalité à l'ensemble. Au moins, l'engin ne devrait pas trop attirer l'attention de vos voisins... ni de votre contrôleur des impôts.

Voir plus de photos

Finition en progrès, équipement complet

Dans l'habitacle, on note des efforts en matière de qualité de finition. La planche de bord et une partie des contreportes sont revêtues d'un habillage imitant de façon convaincante le cuir, les assemblages sont d'une qualité correcte et les touches de chrome ne font pas trop « bling-bling ». Malgré tout, le plastique gris aluminium de la console centrale se raye facilement, tandis que les contreportes arrière sont taillées dans un matériau d'aspect nettement moins flatteur. Heureusement, l'ergonomie est d'un bon niveau, avec des boutons distribués de façon logique sur le tableau de bord, une bonne position de conduite et une instrumentation assez lisible. Seul l'écran tactile, peu sensible et à l'interface manquant de clarté, affiche un certain retard technologique. On se consolera avec l'équipement complet, incluant notamment clé mains libres, régulateur de vitesse adaptatif, toit ouvrant électrique et panoramique, chaîne Hi-Fi Harman/Kardon (19 haut-parleurs et 825 watts!). Mais si les sièges à réglages électriques en cuir et suédine sont qualifiés de « baquets » par Jeep, ils manquent de maintien latéral… sauf à avoir la carrure d'un bûcheron des Rocheuses. Les places arrière sont plutôt généreuses, avec une banquette dont le dossier est réglable en inclinaison. Le coffre, en revanche, manque de hauteur sous cache-bagages : son volume de 457 dm³ est inférieur à celui d'un Audi Q3…

Un launch control… sur un 4X4 ?

Une fois installé au volant, l'œil est immédiatement attiré par la molette « Selec-Trac », qui permet de choisir parmi plusieurs modes de conduite. Un système très inspiré du « Terrain Response » présent depuis quelques années sur les Range Rover, mais qui propose ici des réglages plutôt… inattendus. En effet, à côté des modes « Auto », « Tow » (remorquage) ou « Snow » (neige), on trouve un mode « Sport » et même un mode « Track » (circuit) ! Plus étonnant encore, à gauche de cette molette se trouve un bouton commandant le… launch control. Clairement, ce 4X4 là sort de l'ordinaire !

Il fait d'ailleurs l'impasse sur la gamme de rapport courts proposée sur les autres versions du Grand Cherokee, ainsi que sur la suspension pneumatique dont dispose les finitions Overland ou Summit. À la place, le Grand Cherokee SRT dispose d'un amortissement piloté signé Bilstein, tandis que la boîte de transfert renvoie préférentiellement le couple aux roues arrière (de 60 à 70 % suivant les modes) afin de favoriser l'agilité, sauf dans les configurations « Snow » et « Tow », où le Jeep répartit équitablement la force entre les essieux. Sous le capot, on retrouve donc un V8 « Hemi » de 6,4 litres qui mêle des aspects un brin désuets (culasses à deux soupapes par cylindre) et éléments plus sophistiqués (un système désactivant la moitié des cylindres à faible charge). Il délivre 468 chevaux et 624 Nm de couple perchés à 4 100 tr/min, et est exclusivement associé à la boîte automatique ZF 8HP70, comptant huit rapports et pouvant être pilotée par des palettes au volant.

La finesse, c'est pas son truc !

Oubliez le « launch control », qui tient ici du gadget : le Grand Cherokee SRT n'a pas besoin de ce genre d'artifices pour impressionner le chronomètre. Il signe ainsi le 0 à 100 km/h en 5 secondes tout rond, soit la même vélocité qu'un Porsche Cayman S. Pas si mal pour un engin de 2,4 tonnes ! Vitesse maxi ? 257 km/h. Vous allez me dire que c'est bien joli ce côté dragster, mais que les gros 4X4 américains n'aiment pas trop les virages. Étonnamment, le Grand Cherokee SRT ne se désunit pas à la première courbe : le sous-virage intervient suffisamment tard pour préserver le dynamisme, particulièrement dans les modes « Sport » et « Track », même si l'amortissement imparfait imposera un minimum de circonspection sur route dégradée, vu l'imposante masse à maîtriser. Reste que la direction, trop surmultipliée, impose trop de tours de volant dans le sinueux et offre un rappel un peu juste.

En outre, les suspensions sont trop fermes au quotidien : dans les rues un peu cabossées, le Grand Cherokee SRT vous chahute sans ménagement, ce qui se révèle vite lassant (d'autant que, comme on l'a vu, les sièges manquent de maintien latéral). Et si ce Jeep offre des performances élevées, il manque un peu de caractère mécanique : la sonorité du V8 est plaisante, mais un peu trop discrète, tandis que ce 6,4 litres n'offre pas le punch irrésistible de ses rivaux suralimentés, dont le couple arrive beaucoup plus bas dans les tours. Enfin, la consommation est, comme on pouvait l'attendre, gargantuesque : difficile de descendre sous la barre des 15 l/100 km, même en utilisant régulièrement le mode « Eco », qui incite le V8 à fonctionner préférentiellement en « V4 », au prix cependant de vibrations sensibles.

À retenir

Le Jeep Grand Cherokee SRT, c'est un peu un « muscle car » en version 4X4. Il en a les performances, mais aussi le côté brut de décoffrage. Ce mélange peut avoir son charme, à condition que le caractère soit au rendez-vous. Ce n'est pas vraiment le cas ici, le V8 « Hemi » se montrant un peu trop timoré pour susciter l'adhésion complète. Et comme les suspensions trop fermes sont lassantes au quotidien, le Grand Cherokee SRT a du mal à susciter l'adhésion… malgré un tarif compétitif.
points fortsPerformances, tarif compétitif, équipement complet, habitabilité.
points faiblesSuspensions trop fermes, direction pas assez incisive, consommation élevée, coffre médiocre.
12.3

20
Les chiffres
Prix 2013 : 81 490 €
Puissance : 468 ch
0 à 100km/h : 5s
Conso mixte : 14l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 12/20
Sécurité active et passive : 15/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 13/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

JEEP Grand Cherokee SRT8
JEEP Grand Cherokee SRT8

A l'heure où les SUV mettent de plus en plus d'eau dans leur vin, le Cherokee...

JEEP Grand Cherokee 3.0 CRD
JEEP Grand Cherokee 3.0 CRD

Jusqu'ici gros baroudeur de trappeur, le Jeep Grand Cherokee joue aujourd'hui...

JEEP Grand Cherokee 3.0 CRD S Limited
JEEP Grand Cherokee 3.0 CRD S Limited

Ces dernières années, les 4X4 de luxe offrant de vraies capacités de...

Tous les essais JEEP
BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

Tous les essais

Commentaires

avatar de steeves
steeves a dit le 23-09-2014 à 22:13
c'est carrément une horreur ,j'ai rarement vu pire !