< retour

Essai FIAT 500 Abarth

Vincent Desmonts le 30/09/2008

Retour en grâce : l'envoûtante Fiat 500 Abarth a du style et du caractère. Preuve à l'appui, sur le circuit de Marcoussis.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Vingt ans après sa disparition, le scorpion Abarth revient ! Ressuscitée par Fiat, la marque créée en 1949 s'affiche désormais sur la Fiat 500 Abarth. Avec cette dernière, le constructeur italien espère conquérir une nouvelle clientèle, plus bourgeoise. Pour séduire, la 500 Abarth pourra d'abord compter sur son look ultracharmeur. Aux formes attendrissantes de la Fiat 500 normale, l'Abarth ajoute des boucliers largement ajourés, de belles jantes de 16 ou 17 pouces, des décalcomanies (optionnelles) et deux mignons échappements chromés émettant une sonorité évocatrice.

À l'intérieur aussi, la 500 Abarth nous fait du charme avec ses jolis sièges baquet, son volant à la jante épaisse et son pédalier en aluminium. D'autres accessoires sont plutôt des gadgets, comme l'illisible manomètre de turbo et la « shift light » indiquant le bon moment pour passer le rapport supérieur. Côté sportivité réelle, notre essai sur circuit a mis en évidence les bonnes dispositions de la 500 Abarth sur le revêtement bien égalisé de la piste « Espace Plus » de Marcoussis.

Le train avant dicte la trajectoire avec conviction, l'équilibre général est sécurisant mais sans exclure l'agilité. Le freinage enfin donne pleine satisfaction en matière de franchise à la pédale et d'endurance. Quant au 1.4 T-JET de 135 ch, il propulse la 500 avec aisance et manifeste une belle vigueur à mi-régime. Reste qu'à 18 500 euros, la Fiat 500 Abarth s'affiche 2 500 à 3 000 euros plus cher que ses rivales directes. En fait, elle n'hésite pas à tutoyer les tarifs de la Mini Cooper, l'autre idole des beaux quartiers.

Voir plus de photos

Sur la route

Rien qu'à la manœuvre sur le parking, la 500 Abarth charme nos sens : la vue, bien sûr, mais aussi l'ouïe ! Les deux petits échappements chromés ne sont pas là que pour la frime, ils émettent une sonorité rauque évocatrice des belles années d'Abarth. Dès les premiers mètres, on se sent dans un univers familier. Les commandes sont douces, notamment la direction assistée, le moteur affiche une jolie souplesse à bas régime. On retrouve l'instrumentation atypique, avec compteur de vitesse et compte-tours imbriqués (et peu lisibles !) ainsi que... la fermeté des suspensions typique des Fiat 500.

Mais comme nous sommes sur un circuit, pas question de s'attarder sur ce genre de détails ! On active le mode « Sport » (qui booste le couple maxi de 180 à 206 Nm et raffermit la direction), et on laisse chanter le petit moteur 1.4 gavé par un minuscule turbo IHI. Fort de ses 135 ch, il n'a aucun mal à propulser les 1 035 kg de la 500 Abarth de 0 à 100 km/h en moins de 8 secondes. La boîte à 5 rapports dispose d'une commande douce et précise, les freins mordent avec conviction et résistent bien à l'échauffement.

Sans être un monstre d'efficacité, le train avant s'inscrit en courbe avec bonne volonté. En cas d'amorce de sous-virage, soulager l'accélérateur permet de replacer le train arrière qui resserre la trajectoire. Mais jamais trop fort : l'ESP veille et n'est pas déconnectable. La 500 Abarth propose également en série une sorte de différentiel autobloquant électronique baptisé TTC qui optimise la répartition de la force motrice entre les roues avant. Une fois activé, ce système permet d'écraser l'accélérateur sans arrière-pensée en sortie de courbe... au moins sur bitume sec.

À retenir

Si elle n'atteint pas l'efficacité brute d'une Twingo RS en matière de tenue de route, la Fiat 500 Abarth n'en possède pas moins beaucoup de charme et un agrément d'utilisation certain. Elle vise moins la clientèle des puristes en quête de sensations fortes que celle des beaux quartiers, à la recherche d'une auto stylée et pleine de caractère. Elle dispose d'un maximum d'atouts pour les convaincre.
points fortsStyle charmeur, moteur réussi, châssis bien équilibré, ESP non déconnectable mais discret, freinage puissant et endurant, performances élevées, consommation contenue.
points faiblesSuspensions fermes, habitabilité arrière médiocre, tarif plutôt élevé, aides électroniques non déconnectables.
14.6

20
Les chiffres
Prix 2008 : 18 500 €
Puissance : 135 ch
0 à 100km/h : 7.9s
Conso mixte : 5.4l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 11/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

FIAT 500 1.4 16v 100 ch
FIAT 500 1.4 16v 100 ch

Mignonne, craquante, acidulée et si reconnaissable : quelques jours après son...

FIAT 124 Spider Lusso Plus
FIAT 124 Spider Lusso Plus

S'il est partie intégrante de la culture automobile transalpine, le roadster...

FIAT Grande Punto Abarth SS
FIAT Grande Punto Abarth SS

La griffe Abarth est synonyme de frissons à tarif serré. Fiat a tenu...

Tous les essais FIAT
BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

Tous les essais

Commentaires

avatar de propulsion
propulsion a dit le 16-10-2008 à 05:15
Sur qu'elle est mimi cette mignonne, mais c'est une traction. Et je suis de la génération propulsion, alors pas de ça chez nous!
avatar de Jérémy
Jérémy a dit le 04-10-2008 à 15:09
salut a tous ! pas mal cette 500 abarth.