< retour

Essai FIAT 124 Spider Lusso Plus

Cédric Morançais le 27/06/2016

S'il est partie intégrante de la culture automobile transalpine, le roadster populaire a pourtant disparu au fil des années. Absent de ce secteur depuis plus d'une décennie, Fiat a décidé de raviver la flamme avec le nouveau 124 Spider, un engin dérivé de l'actuelle référence du genre : la Mazda MX-5. Mais ce roadster possède-t-il encore un parfum d'Italie ?

Voir la vidéo en HD

Mélange de saveurs

Pour s'offrir un roadster neuf à tarif raisonnable, il fallait, jusqu'à maintenant, forcément pousser la porte d'une concession Mazda. Ex-spécialistes du genre, les marques italiennes et britanniques ont, en effet, délaissé ce concept au fil du temps. Pour mieux marquer son retour sur ce marché, Fiat joue à fond la carte de la tradition avec un modèle dont le nom et les lignes renvoient immédiatement à l'un des mythes de la Dolce Vita, la 124 Spider. Cinquante ans après le lancement de la première du nom, la nouvelle venue accumule les clins d'œil à son ancêtre : calandre hexagonale, ailes avant proéminentes, cadre de pare-brise chromé (brillant hier, satiné aujourd'hui), décroché des ailes arrière… l'illusion est parfaite... jusqu'au moment de monter à bord. Face à conducteur et à son unique passager, pas la trace de la moindre (fausse) boiserie. A la place, on trouve une planche de bord aux formes torturées, aux plastiques et à la finition sans éclat, et surmontée d'un écran. Et si celle-ci vous évoque quelque chose, c'est normal : Fiat a en effet poussé la porte de Mazda pour développer à moindre coût son roadster sur la base de la MX-5. Décevant ? Pas forcément.

Voir plus de photos

Dans le respect de la tradition

Un roadster, c'est d'abord un poids plume et une transmission aux roues arrière. Sur ces deux points, la Fiat remplit son contrat. Contrairement à la MX-5 qui lui sert de base, l'italienne ne parvient certes pas à rester sous la tonne, mais les 1 050 kg qu'affiche la balance lui permettent de tout de même jouer dans la catégorie poids plume. Propulsée et légère, la 124 Spider s'avère très plaisante à mener sur les routes escarpées. Le train avant fait preuve d'un certain mordant et se place avec précision sans jamais devoir batailler avec la direction, directe et commandée par un agréable petit volant. Quant au train arrière, il passe sans peine la puissance au sol, aidé, dans les cas extrêmes, par un ESP efficace, mais pas trop intrusif, et partiellement déconnectable. Au final, la 124 Spider s'avère sûre en toutes circonstances mais permet de s'amuser un peu si on la chatouille. On ne peut d'ailleurs pas s'empêcher de penser que l'auto mériterait une poignée de chevaux supplémentaires.

Un moteur trop fade

Pour renforcer le parfum italien de la 124 Spider, Fiat a en effet préféré doter la belle d'une mécanique maison. Et c'est la variante 140 ch du 1.4 MultiAir qui s'y colle. Un bloc qui a bien du mal à masquer ses rides. Pas question de mener la 124 Spider sur un filet de gaz. Sous les 2 000 tr/mn, le moteur est totalement anémique, malgré une valeur de couple assez importante (240 Nm) disponible dès 2 250 tr/mn. Voilà un effet turbo comme on en avait plus connu depuis longtemps ! La puissance attendant, pour sa part, le seuil des 5 000 tr/mn pour atteindre son paroxysme, il ne faut pas hésiter à rester en permanence dans les tours. Cela implique de descendre un ou deux rapports lors des phases de dépassement, ce qui ne ressemble aucunement à une punition, la commande de boite se montrant à la fois ferme et précise. Malheureusement, une fois les 3 000 tr/mn dépassés, la mécanique se montre très bruyante, et ce, que la capote soit en place ou non. Les longs trajets sur autoroute tournent donc rapidement à la torture auditive. On peut également reprocher à ce 1.4 son goût prononcé pour le sans-plomb. Si Fiat annonce une moyenne de 6,4 l/100 km (ce qui entraîne un malus de 900 €), notre essai, principalement réalisé sur des routes de montagne, s'est soldé par un 10,6 l/100 km.

Un plaisir (presque) raisonnable

Les vertèbres sont, par chance, beaucoup moins mises à contribution que les tympans. La 124 Spider n'a certes rien d'un pullmann, mais le confort est d'un bon niveau vu la catégorie dans laquelle cette Fiat concourt. Seules les grosses déformations amèneront les suspensions, notamment à l'arrière, en butée. Le maintien latéral des sièges est particulièrement appréciable. La position de conduite fait également partie des atouts de l'auto, notamment grâce aux amples réglages de la colonne de direction. Les plus de 1,85 m verront toutefois leur crâne flirter avec la capote. Celle-ci se manipulant facilement et sans avoir besoin de sortir de la voiture, on trouvera ici un très bon prétexte pour rouler cheveux au vent quelle que soit la température extérieure. Cela tombe bien, la climatisation et le chauffage se révèlent particulièrement efficaces, y compris lorsque la capote est pliée.

À retenir

La nouvelle Fiat 124 Spider n'usurpe pas son nom. Son comportement plaisant et sa capote au maniement aisé donne envie d'enchaîner les balades à son volant. Elle perpétue également la tradition du roadster abordable, sans sacrifier la dotation de série, pléthorique dans la version haut de gamme Lusso Plus. Ne lui manque plus qu'un moteur plus pétillant pour séduire totalement. Un souhait que devrait exaucer la variante estampillée Abarth, dont les 170 ch investiront nos routes dès la rentrée 2016.
points fortsComportement joueur et sûr, rapport prix/équipement, commande de boîte, capote facile à manier.
points faiblesMoteur creux sous 2 000 tr/mn et bruyant au-delà des 3 000 tr/mn, consommation, planche de bord identique à celle de la MX-5.
14.2

20
Les chiffres
Prix 2016 : 29 990 €
Puissance : 140 ch
0 à 100km/h : 7.5s
Conso mixte : 6.4l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 11/20
Budget : 15/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

FIAT Grande Punto Abarth SS
FIAT Grande Punto Abarth SS

La griffe Abarth est synonyme de frissons à tarif serré. Fiat a tenu...

FIAT 500 Abarth
FIAT 500 Abarth

Retour en grâce : l'envoûtante Fiat 500 Abarth a du style et du caractère....

FIAT 500 1.4 16v 100 ch
FIAT 500 1.4 16v 100 ch

Mignonne, craquante, acidulée et si reconnaissable : quelques jours après son...

Tous les essais FIAT
BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

Tous les essais

Commentaires

avatar de Labrador1
Labrador1 a dit le 18-08-2016 à 11:59
Bof! rebadger un nippone pour en faire une italienne? Quel manque de créativité chez Fiat! Le Défunt Commandatore Agnelli doit se retourner dans sa tombe!
avatar de micl
micl a dit le 17-07-2016 à 07:52
D'autant plus qu'aux States, les Ricains ont droit à 160cv. Fiat a-t-il du "dégonfler" son moteur pour ne pas faire de l'ombre à Mazda ?
avatar de steeves
steeves a dit le 28-06-2016 à 15:41
entre la vraie 124 et cet hybride de Miata ,alourdi dans le style avec un 1,4 litre essoufflé il y a un boulevard ,dommage Fiat nous avait habitué a mieux !!