< retour

Essai CITROEN DS5 blueHDi 180

Vincent Desmonts le 07/05/2014

La Citroën DS5 s'offre un nouveau diesel BlueHDi ultra-propre et des réglages de suspensions revus. Suffisant pour relancer une carrière en demi-teinte ?

Voir la vidéo en HD

Le diesel qui lave plus blanc

La gamme Citroën DS connaît un succès en trompe-l'œil. Si les ventes mondiales de cette « ligne » haut de gamme de la marque aux chevrons ont franchi la barre des 400 000 unités, la majeure partie des ventes est réalisée avec la petite DS3, qui a réussi à imposer sa « French Touch » face aux Mini, Audi A1 et autres Fiat 500. La DS4, avec son concept fumeux de « coupé surélevé », n'a pas trouvé sa clientèle. Quant à la DS5, elle s'est vendue à 53 000 exemplaires dans le monde, un chiffre également en deçà des ambitions initiales. En attendant un très hypothétique restylage, la plus huppée des Citroën réagit avec de menues évolutions techniques. Au menu : de nouveaux réglages châssis pour plus de confort et un inédit diesel aussi puissant qu'écolo.

Voir plus de photos

Le BlueHDi : un piège à NOx et 181 chevaux

Un diesel écolo ? L'affirmation fera bondir les ardents pourfendeurs du gazole et des particules fines ! Et pourtant : avec son 2.0 BlueHDi, PSA dispose du premier diesel français répondant d'ores et déjà aux futures normes Euro 6. Concrètement, la technologie BlueHDi associe aux désormais traditionnels catalyseur d'oxydation et filtre à particules un « module SCR », qui utilise l'AdBlue, un additif à l'urée, pour éliminer 90 % des toxiques oxydes d'azote (NOx), les transformant en de l'azote et de l'eau bien inoffensifs. Avec cette dépollution en trois étapes, les problèmes d'émissions des diesels peuvent être considérés comme réglés. Seule différence par rapport à un diesel classique : le réservoir d'AdBlue de 17 litres devra être rempli tous les 20 000 km.

Une contrainte pour les gros rouleurs, qui devront faire l'appoint eux-mêmes (les révisions étant espacées de 30 000 km ou un an), en passant par la goulotte de remplissage située de façon peu pratique sous le tapis de coffre. Pour le reste, ce 2.0 BlueHDi est une évolution du bloc HDi classique déjà existant. Il reçoit un nouveau turbo à géométrie variable avec une pression de suralimentation augmentée et un taux de compression plus important, ce qui permet d'atteindre 181 chevaux et 400 Nm de couple à 2 000 tr/min. Doté du stop/start, il est exclusivement associé à une boîte automatique hydraulique à 6 rapports.

Rien ne sert de courir...

À l'usage, c'est davantage la souplesse et la douceur de ce 2.0 BlueHDi qui frappe que ses performances. Il faut dire que la DS5 est plutôt lourde (1 540 kg à vide, soit au bas mot 45 kg de plus que ses rivales « premium »), et que la boîte automatique génère des décollages plutôt paisibles. Du coup, le 0 à 100 km/h est signé en 9,2 secondes, quasiment deux secondes pleines de plus qu'une BMW 320dA ! En outre, le moteur Citroën se révèle un peu trop sonore dans ses accélérations, notamment aux allures urbaines. Heureusement, il se fait oublier une fois lancé, et l'on apprécie alors ses reprises dynamiques. Côté consommation, si les 4,5 l/100 km revendiqués sur le cycle mixte apparaissent peu réalistes, nous avons pour notre part pu rester sous la barre des 8 l/100 km en conduite réelle, ce qui semble assez raisonnable pour un diesel de cette puissance doté d'une transmission automatique classique. Une boîte qui se montre par ailleurs intelligente dans son fonctionnement, en rétrogradant d'elle-même dans les descentes afin de générer du frein moteur, ou en réagissant plutôt promptement au « kick down ». Seuls quelques à-coups en ville viennent ternir un tableau globalement positif.

Un châssis encore perfectible

Sur le plan du châssis, la DS5 avait été critiquée à son lancement pour son confort ferme, voire trop ferme pour une auto portant le blason Citroën, évocateur de suspensions moelleuses. Du coup, la firme a revu sa copie. Pas en installant une suspension hydropneumatique, hélas, mais en adoptant de nouveaux amortisseurs destinés à mieux effacer les défauts du bitume. Dans les faits, la DS5 continue de « lire la route » à basse vitesse, notamment du fait de pneus typés sport à profil bas, mais la filtration aux allures routières est désormais nettement améliorée. On note cependant encore quelques réactions sèches qui entraînent même parfois le déclenchement d'un ESP un peu tatillon. Citroën n'a cependant pas revu le tarage de sa direction électro-hydraulique, qui souffre d'un certain balourd et de variations d'assistance parfois déconcertantes. Dans l'ensemble, la DS5 reste cependant une auto invitant au voyage, avec des réactions saines, un comportement routier rassurant et un freinage efficace et facile à doser.

Un style baroque

Pour le reste, la DS5 reste fidèle à elle-même... c'est à dire passablement décalée ! À la croisée des chemins entre berline et break, elle ose un style extérieur chargé de chromes, avec des volumes qui pourront paraître un peu massifs sous certains angles. Mais tout ceci n'est rien en comparaison de l'habitacle baroque, qui ose de multiples boutons très stylés... au milieu desquels on a tendance à se perdre ! On ne peut en revanche que saluer l'audace des stylistes, qui ont créé un véritable cockpit où l'on se sent bien, même si l'assise des sièges est un peu trop haute et la console centrale, un brin envahissante. Côté finition, n'ayons pas peur des mots : si la DS5 n'égale pas le soin d'une Audi A5 Sportback, elle égale la qualité d'une BMW ou d'une Mercedes. Les matériaux sont aussi agréables à l'œil qu'au toucher, et les diverses commandes sont plaisantes à manipuler.

Quant à l'équipement, il est particulièrement complet sur cette finition haute Sport Chic, il est vrai facturée 43 800 € : on trouve pêle-mêle le GPS, la clé mains libres, la caméra de recul, les sièges cuir à réglages électriques à l'avant ou encore le « toit cockpit », doté de trois vitrages occultables. Les plus exigeants pourront y ajouter la fameuse sellerie cuir « façon bracelet de montre » (1 410 € en cuir Nappa, 1 710 € en cuir semi-aniline), les sièges chauffants et massants (560 €) ou encore le système Hi-Fi Denon (610 €). En revanche, pas moyen d'améliorer une habitabilité assez quelconque ou d'agrandir le coffre, dont le volume est nettement inférieur aux standards de la catégorie.

À retenir

Si elle progresse, la Citroën DS5 cru 2014 est encore un peu tendre pour vaillamment résister à la dure concurrence allemande. Néanmoins, elle propose une approche originale, faite de design, de douceur de conduite et d'ambiance à bord toute particulière. Si bien qu'une forme de magie opère, malgré les défauts de cette Citroën.
points fortsDiesel « propre », souplesse mécanique, boîte automatique bien gérée, motricité sans faille, finition soignée, insonorisation générale, présentation originale, équipement complet.
points faiblesBalourd dans la direction, amortissement encore perfectible, moteur sonore en ville, quelques à-coups de transmission en milieu urbain, ergonomie perfectible, habitabilité moyenne et coffre exigu, performances moyennes.
14

20
Les chiffres
Prix 2014 : 43 800 €
Puissance : 181 ch
0 à 100km/h : 9s
Conso mixte : 5l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 11/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 15/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

CITROEN DS5
CITROEN DS5

Après les DS3 et DS4, la grande DS5 poursuit une ascension vers le monde...

CITROEN DS3 THP 165
CITROEN DS3 THP 165

Afin de rester dans la course face à une concurrence très active, la Citroën...

CITROEN DS3 Cabrio Racing
CITROEN DS3 Cabrio Racing

4 ans après la version fermée, Citroën se décide enfin à lancer une version...

Tous les essais CITROEN
BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

Tous les essais

Commentaires

avatar de Jagts
Jagts a dit le 31-05-2014 à 00:01
Quelle ennui !!!! Citroën a été champion du monde des rallyes depuis des années et nous sert des voitures totalement insipides. Ou est donc partie l 'ambition française? Elle est sans doute la résultante d'une politique autophobe.. Tous les autres pays possèdent des modèles qui font rêver ( ok sauf la Corée..)
avatar de SKIPPER
SKIPPER a dit le 14-05-2014 à 10:18
Une voiture assez terne il est vrai. Sinistre lorsqu'elle est noire avec un intérieur de même couleur. Comme dit JPMADZ quelques lignes plus haut, un choix contestable. Il en faudra beaucoup plus à Citroën pour redevenir une marque attractive, quant à la DS3, malgré ses qualités intrinsèques, elle est loin d'égaler la MINI sur le plan de l'esthétique et du "chic". Il serait préférable de ne pas parler de "French touch" !
avatar de bernardini4
bernardini4 a dit le 13-05-2014 à 23:29
Rajoutée de l'urée c'est comme mettre de l 'eau dans le lave glace,pas besoin d'etre ingénieur ,tous les moteurs de camions dispose de ce réservoir et ce liquide est commun a tous les constructeur et disponioble dans les stations.
avatar de jpmadz
jpmadz a dit le 13-05-2014 à 23:24
Déjà le premier choix foireux de François Hollande!