< retour

Essai CHRYSLER Sebring Cabriolet 2.0 CRD

Vincent Desmonts le 29/10/2007

Après la berline au printemps 2007, Chrysler lance maintenant la version cabriolet de la Sebring. Avec une étonnante offre double en matière de « couvre-chef » : une capote en toile ou un toit rigide en trois parties, réservé aux finitions les plus luxueuses.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Après la berline au printemps 2007, Chrysler lance maintenant la version cabriolet de la Sebring. Avec une étonnante offre double en matière de « couvre-chef » : une capote en toile ou un toit rigide en trois parties, réservé aux finitions les plus luxueuses. Côté moteurs, le choix est plus restreint puisqu'à côté du V6 2.7 disponible sur commande spéciale, qui ne devrait représenter qu'une part infinitésimale des ventes, la Sebring Cabriolet ne propose qu'un 2.0 diesel. Un bloc bien connu, puisqu'il s'agit du TDI Volkswagen, livré avec ses 140 ch et ses incontournables injecteurs-pompe. Une solution technologique en voie de disparition, qui se caractérise par un niveau de bruit et de vibrations plus élevé que la moyenne. La Sebring Cabriolet 2.0 CRD ne déroge pas à la règle, d'autant que sa boîte à l'étagement resserré oblige le moteur à « mouliner » sur autoroute. Le tout sans prodiguer pour autant des performances exceptionnelles, la Chrysler affichant 1,85 tonne sur la balance !

En bonne américaine, elle préfère de toutes manières la douceur : sa rigidité apparaît très moyenne et les suspensions très souples donnent la priorité absolue au confort. Dommage que la Sebring Cabriolet n'en profite pas pour se montrer plus cossue et accueillante à bord. La finition et la qualité des matériaux sont encore loin des standards européens, et les places arrière sont étonnamment exiguës eu égard aux dimensions du véhicule (4,93 m de longueur, soit autant qu'un break Audi A6 !). Comme souvent, cette américaine se fait pardonner avec un équipement complet (notamment sur la finition Limited) et un tarif assez compétitif.

Voir plus de photos

Sur la route

Au démarrage à froid, la Sebring Cabriolet 2.0 CRD ne peut renier son moteur diesel : claquements et vibrations nous rappellent que c'est bien un TDI à injecteurs-pompe qui s'ébroue sous le capot. Malheureusement, ni la montée en température, ni les allures autoroutières ne parviennent à étouffer ce bourdonnement : le sixième rapport exagérément raccourci fait rugir le moteur à 2 800 tr/min à 130 km/h ! Un étagement qui autorise de bonnes relances sur voies rapides, mais pénalise les consommations, plus élevées que la moyenne.

La Sebring affiche heureusement une bonne tenue de cap et ses suspensions très souples ne nuisent pas à la stabilité en courbes. Sur le réseau secondaire, tout excès d'optimisme à l'abord d'un virage se solde rapidement par une glissade progressive et rassurante du train avant. On l'a compris, la Sebring affiche un caractère des plus paisibles, incitant à profiter du moelleux des suspensions. On adopte dès lors une conduite plus décontractée, le coude à la portière, en profitant de la puissante installation audio Boston Acoustics de 279 watts ! Autant décapoter pour profiter du soleil, opération qui réclame une trentaine de secondes et l'arrêt complet du véhicule. Une fois le toit replié, les turbulences incitent cependant à ne pas trop forcer l'allure : heureusement, un filet antiremous sera bientôt disponible en accessoire (condamnant au passage les places arrière).

À retenir

Le cabriolet Sebring pourra séduire les Français en mal d'ambiance façon Alerte à Malibu, palmiers et sable fin. Mais son charme typique ne fait pas oublier qu'en adoptant un moteur diesel, il renie « l'American way of life » en laissant bruit et vibrations prendre le dessus. Voilà qui nuit à la quiétude de conduite d'un modèle avant tout destiné à la balade tranquille. Et si l'équipement riche pardonne les quelques incartades côté finition, la concurrence du Volkswagen Eos 2.0 TDI, au tarif similaire mais au prestations d'un autre niveau, risque de causer du tort à cette belle américaine...
points fortsconfort de suspension, reprises sur autoroute, équipement complet, offre double toit rigide et capote souple, consommation raisonnable
points faiblesmoteur bruyant et vibrant, boite mal étagée, comportement pataud, finition perfectible, habitabilité arrière réduite
9

20
Les chiffres
Prix 2007 : 33 900 €
Puissance : 140 ch
Conso mixte : 6.8l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 10/20
Sécurité active et passive : 11/20
Confort et vie à bord : 11/20
Budget : 9/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

CHRYSLER Sebring 2.0 CRD Limited
CHRYSLER Sebring 2.0 CRD Limited

La Chrysler Sebring offre une petite dose d'exotisme à un tarif incitant à...

CHRYSLER 300C Touring
CHRYSLER 300C Touring

Avec ses épaules carrées, sa calandre menaçante et son imposante stature, le...

CHRYSLER PT Cruiser
CHRYSLER PT Cruiser

Berline néo-rétro et symbole de la créativité de Chrysler, le PT Cruiser...

Tous les essais CHRYSLER
BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

Tous les essais

Commentaires