< retour

Essai CHEVROLET Corvette Z06

David Lamboley le 04/03/2012

Entre la C6 de base et la ZR1, la Corvette Z06 apparaît comme le modèle le plus exclusif de la gamme. Son V8 atmosphérique de 7 litres de cylindrée crachant 512 ch est à lui seul un monstre de sensations…

Voir la vidéo en HD

Présentation

L'architecture européenne de la gamme Corvette apparaît relativement simple, avec des puissances qui s'échelonnent de 437 à 647 ch. Sous les capots, de généreux V8 de 6,2 litre avec ou sans compresseur, et un V8 de 7 litre, un monstre mécanique propulsant le modèle intermédiaire Z06. Cette dernière, qui existe dans la gamme depuis 2006, se différencie esthétiquement de la version de base par des flancs percés d'ouïes et d'extracteurs optimisant les flux d'air et le refroidissement. Notre modèle doté du pack performance ajoute des jantes noires spécifiques cachant un impressionnant système de freinage digne d'une auto de compétition et un becquet courant sur toute la largeur de la poupe.

L'architecture européenne de la gamme Corvette apparaît relativement simple, avec des puissances qui s'échelonnent de 437 à 647 ch. Sous les capots, de généreux V8 de 6,2 litre avec ou sans compresseur, et un V8 de 7 litre, un monstre mécanique propulsant le modèle intermédiaire Z06. Cette dernière, qui existe dans la gamme depuis 2006, se différencie esthétiquement de la version de base par des flancs percés d'ouïes et d'extracteurs optimisant les flux d'air et le refroidissement. Notre modèle doté du pack performance ajoute des jantes noires spécifiques cachant un impressionnant système de freinage digne d'une auto de compétition et un becquet courant sur toute la largeur de la poupe.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Depuis 2006, la version Z06 symbolise la Corvette la plus proche d'une version de compétition, en termes de philosophie tout du moins. Et lorsqu'elle est doté du pack Ultimate Peformance facturé près de 13 000 euros, il ne lui manque que les numéros sur les portières pour la croire tout droit échappée d'un circuit. L'utilisation de quelques appendices aérodynamiques tels que la lame en bas du bouclier avant, l'aileron large et fin ou les bas de caisse rajoutés, tous en fibre de carbone, permettent de peaufiner la déportance tout en rendant le look encore plus exclusif. Les jantes noires à dix bâtons, enveloppés de Michelin Pilot Sport Cup quasiment semi-slick, cachent un gros système de freinage carbone-céramique et des étriers rouges. Les flancs, eux, se différencient par des prises d'air et des extracteurs, des logos Z06 renseignant sur la puissance, 505 HP, soit 512 ch. Traduction : qui s'y frotte s'y pique !

L'habitacle ne change pas radicalement face à une Corvette de base. Les sièges s'en différencient pourtant, et sont ici surpiqués et griffés. Le volant doté d'un moyeu lui aussi griffé Z06 et les instruments calibrés pour le modèle répondent aux seuils de portes spécifiques. On retrouve une ergonomie agréable, une position de conduite adéquate, mais aussi plusieurs ombres au tableau, comme une visibilité médiocre et des matériaux décevants. L'assemblage, pourtant, n'est pas catastrophique, et la solidité des matériaux n'est pas à remettre en cause. Notons toutefois que la planche de bord gainée de cuir améliore l'aspect général. La console centrale « carbonifiée » n'est toutefois pas en accord avec les boutons et autres commodos digne d'une Chevrolet Spark. Mais lorsqu'on se remémore le tarif de cette « Vette », la pilule passe aisément…

Mécanique, châssis

Même les amateurs d'américaines seventies ont de quoi être impressionnés par la cylindrée de ce V8 atmosphérique « LS7 », un monstre cubant exactement 7011 cm3, doté de cotes supercarrées (alésage supérieur à la course) favorisant les hauts régimes. Ici, pas de technologie sophistiquée à la japonaise, mais un arbre à cames central, des poussoirs et deux soupapes par cylindre, soit 16 au total ! Malgré ses caractéristiques de big block, GM considère ce « 427 » comme un small block, rapport à ses dimensions extérieures. Son architecture générale, basée sur le V8 LS2, se différencie principalement par un vilebrequin en acier forgé, un équipage mobile allégé et optimisé, bielles et soupapes en titane, notamment, ainsi qu'un refroidissement et une lubrification optimisés, la présence d'un carter sec permettant d'éviter le déjaugeage lors de fortes accélérations latérales.

La Z06, qu'on se le dise, est le modèle Corvette le plus apte aux sorties club sur circuit, ceci expliquant cela. Ce V8 capable de rugir jusqu'à 7200 tours est accouplé à un bonne grosse boîte de vitesses mécanique à 6 rapports refroidie encaissant un couple très généreux. Le pont, lui aussi refroidi, est conçu pour encaisser sans échauffement les coups de boutoir de la transmission… Côté châssis, outre le freinage carbone céramique doté de disques de 355 mm à l'avant (étrier à 6 pistons et…6 plaquettes de freins individuelles !) et 340 mm à l'arrière (étrier à 4 pistons), notons un différentiel à glissement limité, des barres antiroulis recalibrées et une suspension à technologie magnétique proposant deux tarages. Au chapitre structurel, notons l'utilisation plus poussée de matériaux légers expliquant la masse très contenue de cette Z06 : berceau moteur spécifique en magnésium, ailes avant et plancher en fibre de carbone, notamment. Verdict : 1440 kg.

Sur la route

Avec cet allègement et une telle dose de muscles, la Z06 ne fait pas dans la dentelle lorsqu'il s'agit de performances pures, et notamment d'accélérations. Au delà du simple chiffre de l'exercice emblématique du 0 à 100 km/h, revendiqué en 4,2 secondes, et des 320 km/h en vitesse de pointe, les sensations derrière le volant sont…d'un autre monde. Au tiers de l'enfoncement de la pédale d'accélérateur, nous sommes déjà submergés par des flots d'adrénaline, alors que les pneumatiques peinent à passer le couple au sol. La grosse bestiole dandine de la croupe, tente de trouver ses marques, bloque son différentiel et vocifère de plus belle.

Il est vrai que nous ne sommes pas vraiment dans une configuration idéale, avec des Michelin Pilot Sport Cup optionnels en fin de vie, sur une route grasse et humide… Les rares portions sèchent nous permettent pourtant de lâcher quelque peu la bride et d'envoyer « du gros gaz », permettant de toucher du doigt un potentiel dynamique exceptionnel pour une auto aussi volumineuse. Vive lors des changements d'appui, étonnante de réactivité au chapitre direction, elle sait faire corps avec son conducteur mais sait aussi créer la surprise en décrochant sans prévenir. Nous rêvons de lâcher ce cheval sauvage sur un circuit large et bien sec, comme il se doit. Reste qu'avec 512 ch sous le pied droit et un costume de pistarde, difficile d'en tirer le potentiel sur route ouverte. Rageant lorsqu'on sait qu'elle a battu le record du tour sur le circuit du Nürburgring…

À retenir

La Z06, c'est un monstre sacré, une chasseuse de supercar presque accessible, une proposition unique qui fait de ce modèle la sportive la plus incroyable du moment. A ce prix là, il y a de quoi hésiter face aux belles GT italiennes proposées 60 000 euros de plus…
points fortsA moins de 100 000 euros, rapport prix/performances/sensations unique sur le marché/ Exclusivité.
points faiblesQualité des plastiques de l'habitacle. Consommation gargantuesque.
15.7

20
Les chiffres
Prix 2012 : 96 300 €
Puissance : 512 ch
0 à 100km/h : 4.2s
Conso mixte : 14.7l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 11/20
Budget : 15/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

Commentaires

avatar de douxrève
douxrève a dit le 19-02-2013 à 04:09
Un doux rève,qui saît un jour peut-être!!!
avatar de Pascoq
Pascoq a dit le 11-03-2012 à 23:14
tres belle photos, beau décor
avatar de chevy56
chevy56 a dit le 07-03-2012 à 21:12
Pour ceux qui veulent se faire TRES plaisir tout en sachant compter...