< retour

Essai AUDI S1

Loïc Bailliard le 06/05/2014

Forte de sa transmission intégrale et de ses 231 ch, l'Audi S1 annonce des caractéristiques alléchantes. Mais la réalité est-elle à la hauteur de la fiche technique ?

Voir la vidéo en HD

Audi frappe fort

Lancée en 2012, l'Audi A1 Quattro marquait la première incursion d'Audi dans la catégorie des sportives de poche. Mais à presque 52 000 €, l'édition limitée à 333 exemplaires naviguait dans un univers qui lui était propre, misant sur son statut de collector bien plus que sur des qualités sportives pourtant réelles. D'autant que cet engin artisanal reposait sur un châssis hybride, entre A1 et TT RS. La Quattro et l'A1 1.4 TFSI 185 ch avaient cependant éveillé en nous un véritable désir pour une version radicalisée de l'entrée de gamme Audi, mais produite en grande série, et donc plus abordable. C'est désormais chose faite avec la S1, qui s'annonce enfin comme une véritable concurrente des Mini JCW. Mais si Audi se lance sur un nouveau segment, le constructeur n'en change pas de recette pour autant. La S1 est donc une véritable S : elle s'offre une transmission intégrale et un 2 litres TFSI annonçant les meilleures valeurs de la catégorie avec 231 ch et surtout 370 Nm de couple ! Quand Audi fait un karting, le constructeur ne se contente pas d'un baquet et d'un moteur de tondeuse à gazon…

Voir plus de photos

Discrète S

Déjà, Audi soigne l'esthétique. Comme tous les modèles S de la marque, la S1 reste plutôt discrète. Les initiés notent évidemment immédiatement les coques de rétroviseurs chromés, les jantes 18 pouces spécifiques (et de série), le bouclier retravaillé, le béquet au sommet du hayon et les 4 sorties d'échappement perçant le diffuseur. Lorsqu'elle ne s'équipe pas du kit Quattro optionnel, la S1 joue donc la carte d'une sportivité classique, fidèle aux codes des productions de Quattro GmbH. Évidemment, le jaune de notre modèle d'essai la rend nécessairement voyante. Mais optez pour une peinture grise ou noire et vous avez entre les mains un missile parfaitement invisible pour le grand public. Notons également que l'Audi S1 est proposée en version Sportback, configuration dans laquelle un toit intégralement noir est proposé.

Audi classique

A bord, l'ambiance est typiquement Audi. Les habitués de la marque conservent donc leurs repères, et les non-initiés apprécient immédiatement le sentiment de qualité haut de gamme qui caractérise depuis longtemps les productions d'Ingolstadt. Même s'il s'agit d'une offre d'entrée de gamme, la S1 est donc presque exempt de défauts côté matériaux et assemblages. On peut toutefois reprocher à notre modèle d'essai un manque certain de fantaisie que les notes rouges propres à cette version S ne parviennent pas à compenser. Mais la possibilité de personnaliser quelques éléments aux couleurs de la carrosserie (notamment l'entourage du tunnel central) permet d'ajouter un peu de gaieté à l'espace intérieur.

Les beaux sièges semi-baquets bien enveloppants et confortables sont un véritable point fort de la voiture, même si les réglages par molettes ne sont pas des plus pratiques. On pourra aussi déplorer le positionnement très bas des boutons de commande du « Drive Select », des sièges chauffants ou de l'ESP, qui se montrent du coup difficiles d'accès. Enfin, les places arrières ne se montrent pas franchement vastes (la Sportback offre un peu plus de garde au toit) et le coffre est très réduit (210 litres).

Le cœur de la bête

Mais qu'importe : l'essentiel de cette Audi S1 n'est pas visible. La division sportive d'Audi a en effet retravaillé largement le châssis de la citadine : elle adopte un train arrière spécifique, dérivé de la version de série (et sans rapport avec celui de l'A1 Quattro de 2012, donc) mais adapté à la transmission intégrale. Celle-ci est assurée par un différentiel Haldex installé à l'arrière. Il permet de renvoyer jusqu'à 100 % de la motricité vers le postérieur, mais dans ce cas on ne profite que de la moitié du couple total proposé par le 2 litres TFSI. Le bloc annonce ici 231 ch à 6 000 tr/min et surtout 370 Nm de couple dès 1 600 tr/min, avec un plateau s'étalant jusqu'à 3 000 tr/min. Comme il est associé à une boîte manuelle (oui, vous avez bien lu, pas de transmission à double embrayage pour le moment !) à 6 rapports étagée courte, on peut réellement en tirer partie, même sur les trajets les plus sélectifs.

La moins Audi des Audi

Et des trajets sélectifs, on devrait en rencontrer quelques uns durant cet essai dans le Sud de la Corse. Arrivés à l'aéroport de Figari, on rejoint les cols entourant Porto Vecchio par des nationales abîmées et parsemées de radar. L'occasion idéale de tester le mode « Efficiency » du Drive Select. Il implique une gestion de l'accélérateur, des clapets d'échappement ainsi que de l'amortissement spécifiques. Et le résultat est impressionnant : l'Audi S1 est confortable, absorbe bien les cahots de la route et ne se montre pas assourdissante. On roule sur un filet de gaz, sur le couple, et les consommations restent à un niveau franchement raisonnable. Comme citadine, donc, la petite Audi remplit toujours sa mission.

Puis la route se dégage et devient plus tortueuse. On passe alors en mode « Dynamic ». Les réponses se font plus affûtées, le moteur donne plus de voix et l'ensemble de la voiture se tend. Premier constat, bien que beaucoup plus fermes, les suspensions n'en deviennent pas cassantes pour autant et préservent encore le dos des occupants. Second constat, le bloc n'émet pas la sonorité la plus réjouissante qui soit, la S1 grognant plus qu'elle ne chante. Mais ce bloc fait ce qu'on lui demande, quand on lui demande, pousse très fort et reprend n'importe quand. Et l'efficacité brute de ce moteur n'est rien en comparaison du talent du châssis : on s'émerveille de découvrir une Audi S1 bien plus typée bombinette que n'importe quelle autre Audi !

Oubliée, la réputation d'un train avant lourd et d'un comportement effacé. La direction, quoi qu'un peu légère à mon goût, reste d'une précision redoutable et permet de placer à la perfection la S1 en s'appuyant sur un freinage très efficace. Dans les enchaînements de virages, le train arrière se montre mobile au lever de pied puis enroule à l'accélération, comme une véritable propulsion. Mais la motricité générale est bien celle d'une intégrale et le sentiment de sécurité celui d'une traction. Résultat, on passe fort partout, en travaillant suffisamment au volant pour ne pas sentir simple spectateur, mais sans se faire de frayeur. L'Audi S1 est tout simplement bluffante !

À retenir

On osait espérer un tel engin de la part d'Audi, surtout avec un badge S. L'A1 ne se déclinera cependant pas en version RS et la S1 se devait donc de marquer le coup. Mission accomplie, et de très loin : proposition unique dans la catégorie avec sa transmission intégrale, elle impressionne autant par ses compétences sportives que par sa polyvalence générale. Moins funky qu'une Mini John Cooper Works - sa seule véritable concurrente - elle apparait aussi bien plus qualitative et bien plus « spéciale ». D'autant que, si son tarif de 33 900 € peut sembler élevé, elle profite d'un équipement de base qui, pour une fois chez Audi, se montre complet et n'impose pas d'investir 8 000 € supplémentaires en options. Quel engin !
points fortsChâssis irréprochable, polyvalence, qualité de finition, souplesse et punch du moteur, rapport prix/prestations correct.
points faiblesHabitabilité arrière et volume du coffre, sonorité mécanique assez banale.
17.6

20
Les chiffres
Prix 2014 : 37 300 €
Puissance : 231 ch
0 à 100km/h : 5.8s
Conso mixte : 7l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 16/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

AUDI A8 55 TFSI Avus Extended
AUDI A8 55 TFSI Avus Extended

Audi réussit partout... sauf sur le segment des limousines, où l'A8 est...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

AUDI S5 Cabriolet
AUDI S5 Cabriolet

Dans un compromis confort/performances exceptionnel, la nouvelle S5 cabriolet...

Tous les essais AUDI
ALPINE A110 Première Édition
ALPINE A110 Première Édition

Après vingt années d'absence et cinq ans de mise au point, voici enfin une...

AUDI A8 55 TFSI Avus Extended
AUDI A8 55 TFSI Avus Extended

Audi réussit partout... sauf sur le segment des limousines, où l'A8 est...

LAND ROVER Range Rover Velar D240
LAND ROVER Range Rover Velar D240

La gamme Range Rover n'en finit plus de grandir. Dernier rejeton de la...

Tous les essais

Commentaires

avatar invité
un internaute a dit le 02-06-2015 à 23:04
Suis pas tout à fait d accord rien a voir une mini jcw. Pour avoir essayé les deux la mini Une vrais bombe et un son de voiture de course
avatar de Sportwagen
Sportwagen a dit le 14-05-2014 à 16:15
Une transmission quattro, 231ch dans une petite citadine et un pietre 0 à 100km/h en 5,8s ? ce n'est pas mieux qu'une Megane RS ou une RCZ R (je sais que c'est pas même catégorie, y'a pas d'équivalent direct Français dans sa catégorie !!!).