< retour

Essai ASTON MARTIN DB9 2013

Vincent Desmonts le 07/01/2013

Elle a beau ne pas faire son âge, la DB9 va tout de même sur ses 9 ans. Du coup, Aston Martin la fait évoluer : à la clé, un style remanié et une puissance accrue.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Tout le monde continue à se retourner sur son passage, mais il n'empêche : l'Aston Martin DB9 n'est plus toute jeune. Neuf ans, cela commence à faire long dans l'univers des GT haut de gamme. À défaut de la remplacer – le constructeur manque de moyens depuis son abandon par Ford – Aston Martin a décidé de lui offrir un restylage. Cette DB9 année-modèle 2013 reprend une partie des traits de l'éphémère Virage : on retrouve les mêmes optiques ainsi qu'un bouclier et des jupes latérales similaires. Comme la Virage, la DB9 2013 dispose d'un freinage en carbone-céramique.

Le V12 5,9 litres est toujours au programme, mais dans une version remaniée, forte de 517, soit 41 de plus qu'auparavant. Au quotidien, l'inépuisable souplesse de ce V12 épate... ainsi que sa sonorité superbement caverneuse. La boîte automatique un peu lente pénalise cependant les performances, pas aussi élevées qu'attendu : le 0 à 100 km/h en 4,6 secondes est du niveau d'une simple Porsche 911 Carrera S. Mais ce qui chagrine le plus, c'est finalement le relatif manque de confort de cette GT. Les suspensions sont dures, les sièges fermes, les bruits de roulement bien présents. Cette rigueur ne se retrouve pas dans le châssis : l'amortissement est perfectible, et le niveau d'efficacité générale moyen. La DB9 parvient pourtant à charmer, grâce à sa ligne superbe, à sa présentation intérieure fleurant bon l'artisanat, à la mélodie de son V12, à ses multiples possibilités de personnalisation... et à son exclusivité.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

L'Aston Martin DB9 a été lancée en 2004. Dit comme ça, cela ne paraît pas si loin... et pourtant. En 2004, Ferrari commercialisait sa 612 Scaglietti, la Maserati Quattroporte II apparaissait dans les showrooms, tandis que Porsche lançait sa Carrera GT. Autant de modèles qui ont disparu des catalogues, ou qui sont sur le point de l'être. Les sportives passent, la DB9 reste. Elle le doit notamment à la justesse du coup de crayon donné à l'époque par Ian Callum et Henrik Fisker : la GT d'Aston a particulièrement bien vieilli. Si bien que ce restylage – le premier en neuf ans – se révèle finalement plutôt léger. L'avant redessiné reprend les optiques et le bouclier de la défunte Virage, tandis que le becquet de malle est désormais plus marqué. Les ouïes latérales ont été remaniées, et les aérations sur capot sont désormais en zinc contrasté. Un pack extérieur optionnel (à 8 620 €...) permet en outre de bénéficier d'une lame avant et d'un diffuseur arrière en carbone.

Dans l'habitacle, les changements sont encore plus subtils : les sièges bénéficient d'un nouvel habillage et de nouveaux équipements sont disponibles (allumage automatique des phares, caméra de recul, sièges allégés en carbone). Hélas, la DB9 n'a pas (encore?) repris la console centrale de la Vanquish, et conserve donc son ergonomie... perfectible. Quant aux éléments empruntés à la grande série (aérateurs, comodos...) ils sont toujours là.

Mécanique et châssis

La DB9 année-modèle 2013 adopte le V12 Aston dernier cri. Portant le nom de code AM11, ce bloc est le même que celui de la nouvelle Vanquish... à un détail près : si la super-GT d'Aston Martin revendique 573 chevaux, la DB9 2013 doit se contenter de 517 canassons. Ce qui reste tout de même un gain de 41 ch par rapport à la précédente DB9. Dans le détail, le V12 adopte un double calage variable de la distribution, ce qui permet un meilleur étalement de la courbe de couple.

Pour améliorer les performances de la DB9 lors du crash-test piétons, toute la partie située entre la calandre et le bloc a été redessinée, tandis que le moteur a été installé plus bas. Le châssis en aluminium extrudé a été rigidifié de 20 %, tandis que de nouveaux freins en carbone-céramique font leur apparition. Enfin, l'amortissement piloté ADS dispose désormais de trois modes : Normal, Sport et Track.

Sur la route

Une GT, cette Aston Martin ? Vous m'en direz tant ! Même en mode « Normal », les suspensions me renseignent sur la profondeur de la moindre plaque d'égout, tandis que la pédale de frein collante rend difficile le dosage de la décélération à basse vitesse. Pas idéal en ville ! Heureusement, la boîte automatique est douce et le V12 ultrasouple. Pour couronner le tout, le ciel a décidé de célébrer ma prise en main de ce coupé de 517 chevaux en déversant des pluies torrentielles sur mon chemin. Les routes sont tellement glissantes que la DB9 me gratifie d'un joli travers à un carrefour. Je n'avais pourtant pas souvenir d'avoir débranché l'ESP ? Non, il est bien actif. Enfin, théoriquement. Après ces quelques heures de quasi-mousson, le ciel se dégage, et il est enfin possible de lâcher un peu la bride. On active alors le mode « Sport » du calculateur moteur, qui libère toute la puissance – et la sonorité – du V12, tandis que l'on raffermit la suspension.

La DB9 semble alors miraculeusement perdre des kilos ! Son train avant se révèle incisif, sa direction légère mais précise et informative permet de savoir exactement où en sont les pneus avant. L'essieu arrière, lui, semble plus tatillon : les 620 Nm de couple disponibles arrivent rapidement au bout de la motricité, et il faut alors être prompt pour réagir à l'amorce de survirage qui s'ensuit. Douce en conduite normale, la boîte automatique se révèle un peu lente et rétive en mode séquentiel. Quant au freinage, il apparaît indestructible, malgré le manque de confiance que suscite le contact spongieux de la pédale. L'Aston Martin DB9 n'affiche pas la perfection clinique d'une Porsche. Mais le caractère de son V12 et le plaisir quasi sensuel que l'on éprouve à la domestiquer n'en rendent pas moins cette anglaise diablement séduisante...

Merci au Château de Crèvecoeur, Fondation Musée Schlumberger Crèvecoeur en Auge www.chateau-de-crevecoeur.com

À retenir

Avec un look rafraîchi et une quarantaine de chevaux supplémentaires, la DB9 cru 2013 ne change pas radicalement. Les évolutions sont sans doute trop légères pour espérer séduire au-delà du cercle des fans de la marque, d'autant que la rigueur n'est pas vraiment au rendez-vous. Reste que l'Aston dégage un charme indéniable, qui permet de pardonner ses défauts. Ah, dernier détail : son prix a (légèrement) baissé !
points fortsCaractère du V12, train avant incisif, direction précise, ligne indémodable, présentation intérieure, freinage endurant, prix en (légère) baisse.
points faiblesSuspensions fermes, sensations à la pédale de frein, boîte un peu lente, options chères.
15

20
Les chiffres
Prix 2012 : 175 685 €
Puissance : 517 ch
0 à 100km/h : 4.6s
Conso mixte : 14.3l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 13/20
Sécurité active et passive : 12/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 9/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

ASTON MARTIN V12 Vantage S
ASTON MARTIN V12 Vantage S

Après 10 ans de carrière, l'Aston Martin Vantage ne raccroche pas les gants,...

ASTON MARTIN Vanquish Volante
ASTON MARTIN Vanquish Volante

L'Aston Martin Vanquish s'offre quelques évolutions pour 2015 : moteur V12...

ASTON MARTIN Virage Volante
ASTON MARTIN Virage Volante

Réunissant la sportivité de la DBS et le raffinement de la DB9, la nouvelle...

Tous les essais ASTON MARTIN
LAND ROVER Range Rover Velar D240
LAND ROVER Range Rover Velar D240

La gamme Range Rover n'en finit plus de grandir. Dernier rejeton de la...

BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

Tous les essais

Commentaires

avatar de GPV
GPV a dit le 10-01-2013 à 15:19
La voiture de famille idéale ? Enfin, j'hesite avec la Maserati Granturismo :)